--Publicité--

Beagle-harrier

--Publicité--
Beagle-harrier

Le Beagle-harrier est, à l’origine, un chien de chasse. Il est de taille moyenne et possède un poil court mais épais. Sa robe est généralement tricolore et il montre une apparence intelligente et dynamique. Il a une hauteur au garrot variant de 45 cm à 50 cm pour un poids d’environ 19 kg, pour les mâles comme pour les femelles.

Le Beagle-Harrier ressemble au Beagle, mais il est plus grand et court plus vite. Si c’est un excellent chien de chasse, sa bonne humeur et son caractère facile à vivre en fait également un chien de compagnie fort agréable avec toute la famille.

Groupe 6
Chiens courants..
Taille
45 à 50 cm
Poids
19 à 20 kg
Espérance de vie
10 à 12 ans
Prix
800 à 1200 €
Comportement et caractère
  • Affectueux
  • Calme
  • Protecteur
  • Indépendant
  • Chasseur
  • Aboie / Hurle
Comportement avec les autres
  • Cohabitation avec les enfants
  • Sociable avec les autres animaux
  • Aime les étrangers
Adaptabilité
  • Vie en appartement
  • Supporte la solitude
  • Aime le froid
  • Aime la chaleur
Entretien et hygiène
  • Niveau de bave
  • Facile à toiletter
Santé
  • Santé générale
  • Perte de poils
  • Facilité à prendre du poids
  • Solide
Éducation
  • Facile à éduquer
  • Intelligent
  • Obéissant
  • Fugueur
Activité physique
  • Sportif
  • Niveau d’énergie
  • Potentiel à jouer

Histoire du Beagle-harrier

Le Beagle-Harrier est le résultat d’un croisement entre le Beagle anglais et l’Harrier. L’objectif était d’obtenir un chien doté d’un profond instinct de chasse comme le Beagle, mais avec un physique plus près de l’Harrier, qui soit donc plus grand et qui court plus vite. Ainsi, il pourrait alors suivre un cheval en plein galop durant une séance de chasse mais les gibiers pour lesquels il est particulièrement doué restent les lièvres, les renards, les chevreuils et les sangliers. Les premiers essais qui datent du 18e siècle ne donnèrent pas d’excellents résultats. Il fallut attendre le 19e siècle pour obtenir quelque chose de concluant et ce, grâce au baron Gérard Grandin de l’Épervier qui réussir à fixer les caractères qu’il souhaitait retrouver, à force de volonté et de persévérance. Le Beagle-Harrier est donc bien d’origine Française et se rencontre surtout sur le territoire français, restant quasiment inconnu à l’étranger. Le standard officiel en vigueur reconnu par la FCI a été publié le 2 septembre 1972.

Caractère du Beagle-harrier

Le Beagle-harrier est un chien qui est très attaché à son maître et toujours prêt à l’accompagner dans la maison, s’il part à la chasse ou en promenade. Durant les séances de chasse, il ne se lassera jamais de poursuivre le gibier, peu importe sa taille. Il est très éveillé, intelligent et très enthousiaste. C’est un chien qui fait preuve d’une curiosité insatiable et qui se comporte en bon compagnon de jeu avec les enfants envers qui il fera preuve d’une extrême douceur. Habitué à cohabiter avec ses congénères du temps où il travaillait en meute pour la chasse, il ne pose aucun problème au contact avec d’autres chiens. Il est à l’aise, par n’importe quel temps, à toute température et sur tous les terrains. Il n’aura donc aucune difficulté à évoluer au milieu de la végétation touffue ou les ronces et épines.

Si les activités de chasse et les exercices de plein air font son bonheur, il apprécie tout autant partager d’agréables moments en famille et sera alors un parfait chien domestique, du moment où ses maîtres lui permettent de s’épanouir pleinement grâce aux sorties régulières.

Alimentation du Beagle-harrier

Son alimentation ne pose pas de problème particulier, mais il peut avoir tendance à prendre du poids s’il ne fait pas suffisamment d’exercice. Sa ration devra donc être préparée en fonction de son activité et de son âge mais attention, car un chien de chasse ne nécessite pas les mêmes besoins qu’un autre chien. Il faudra lui apprendre à ne pas réclamer à manger lors de vos repas à table, car le Beagle-Harrier est un chien vraiment gourmand qui ne se lasse pas de manger. Ses repas doivent contenir de la viande en majorité, des céréales et légumes.

Santé du Beagle-harrier

C’est un chien robuste, dont l’espérance de vie est d’environ 11 ans. Le Beagle-harrier résiste aussi bien au froid qu’à la chaleur. On peut noter certaines prédispositions à la dysplasie de la hanche et à une pousse anormale des dents (malocclusion).

Le Beagle-Harrier ne nécessite qu’un faible entretien. Un Brossage hebdomadaire suffira. Cependant, il faudra tout de même veiller à inspecter son pelage et ses coussinets ainsi que ses yeux et ses oreilles après les sorties. Un résidu coincé pourrait lui causer d’éventuelles infections. Par ailleurs, il est recommandé de traiter ses oreilles une fois par mois avec un produit antiseptique car ses oreilles tombantes sont sensibles.

Enfin, afin de contribuer à son plein épanouissement, c’est un chien qui a besoin d’être stimulé sur le plan mental comme psychique. Son maître devra donc se montrer disponible et actif afin de lui proposer diverses sortes d’exercices et de jeux et le sortir longuement un minimum de 2 fois par jour.

Éducation du Beagle-harrier

Le Beagle-harrier est un chien entièrement dévoué à son maître, ceci facilitant la naissance d’une véritable relation de confiance avec lui. L’éducation se montrera plutôt facile à réaliser grâce à cela. Doté d’une grande intelligence, il comprend vite les ordres, même s’il peut parfois se montrer très têtu. Avec de la patience et surtout une grande cohérence dans les ordres qui lui sont donnés, et ce dès son plus jeune âge, le Beagle-harrier deviendra vite un chien bien éduqué et sociable, que ce soit avec les autres animaux ou les membres de la famille, avec qui il remplira le rôle du parfait chien de compagnie.

Son éducation sera réalisée de manière optimale grâce aux longues sorties dont a besoin le Beagle-Harrier. Il sera heureux du moment qu’il peut réaliser des jeux et exercices plusieurs fois par jour. Son bonheur sera à son comble s’il peut continuer à chasser et s’entraîner à la course, qui sont ses passions Le Beagle-Harrier pourra donc vivre tant en campagne qu’à la ville, mais s’il dispose d’un jardin, il faudra veiller à la clôturer car il a tendance à fuguer facilement.

--Publicité--