Ehrlichiose chez le chien : symptômes et traitement

Ehrlichiose chien

Connaissez-vous l’ehrlichiose chez le chien ? C’est une maladie infectieuse canine qui est transmise par les tiques brunes. Toutes les informations vous sont données dans l’article qui suit.

Qu’est-ce que l’ehrlichiose chez le chien ?

L’ehrlichiose est une maladie canine bactérienne qui est causée par l’Ehrlichia canisune, une bactérie faisant partie de la famille des Rickettsies. Cette bactérie est transmise par les tiques, lorsqu’elles piquent le chien. Si vous habitez la France, sachez que ces tiques infectées par la bactérie responsable de la maladie se rencontrent principalement dans tout le sud de la France ainsi que dans le Centre et le Bassin Parisien, dans la vallée du Rhône et dans le Sud-Ouest. C’est alors dans ces régions que l’oncompte le plus de cas d’ehrlichiose canin. On reconnait ces tiques porteuses principalement à leur aspect brun, contrairement aux autres tiques, et elles sont la deuxième espèce la plus rencontrée chez le chien.

Une fois que votre chien est piqué par une tique infectée, la bactérie va s’introduire dans le sang, se multiplier et commencer à infecter le sang de l’animal.

Dans la plupart des cas, il est difficile de reconnaitre le début de la maladie, car plusieurs chiens porteurs de la maladie peuvent rester asymptomatiques sur une longue période. Toutefois, quelques signes peuvent attirer votre attention et vous emmener à faire des analyses plus poussées.

À quels signes reconnait-on la maladie d’ehrlichiose chez le chien ?

Les symptômes de la maladie sont divers selon le stade de développement. Si la maladie se développe à la phase aiguë, elle se manifestera par les réactions suivantes :

  • Une perte de poids ainsi qu’une grande fatigue de l’animal,
  • Un manque soudain d’appétit,
  • Une fièvre élevée qui peut atteindre parfois 41.5°C,
  • Un écoulement abondant de mucus par le nez ou,
  • Des yeux teintés de sang.

La deuxième phase de la maladie est connue sous le nom de phase sub-clinique phase latente. Cette phase arrive en général 2 ou 3 mois après l’infestation par la bactérie. C’est une phase ou les symptômes qui se manifestent sont très légers ou parfois superficiels. Il arrive parfois que l’organisme de l’animal rejette tout simplement la bactérie et donc la maladie en elle-même.

Toutefois, les symptômes de la phase aigüe peuvent s’aggraver au lieu d’atteindre la phase latente. Ainsi, vous remarquerez que le chien peut perdre petit à petit sa capacité à voir.

Des hémorragies peuvent aussi être remarquées sur plusieurs organes et rapidement la phase chronique peut apparaitre.

Cette phase chronique va se manifester par :

  • Une présence de sang sur les muqueuses du chien (pétéchies),
  • Une présence de sang dans les urines,
  • Une apparition de bleus sur le ventre de l’animal,
  • Des troubles digestifs marqués par de la diarrhée et des vomissements,
  • Un gonflement des articulations et du scrotum.

Cette phase est très dangereuse, car à ce stade, l’organisme de l’animal ne peut plus produire les globules rouges, de plaquettes et les globules blancs. Ces cellules sanguines sont vitales pour la survie du chien et, une fois qu’il n’y a plus de production, le chien peut très vite succomber.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Le meilleur moyen de détecter la présence de l’Ehrlichia canis sera de faire une ou plusieurs analyses de sang. Ainsi, le vétérinaire pourra détecter non seulement la présence de la bactérie ainsi que la cadence de sa reproduction dans le sang du chien. Il pourra aussi évaluer le nombre de mois durant lesquels la bactérie a été à l’intérieur de l’organisme et aussi l’état des cellules sanguines déjà touchées.

Les analyses qui permettent de détecter la présence de la bactérie sont les examens hématologiques et microscopiques et des tests sérologiques permettant de confirmer le diagnostic.

Quels sont les chiens les plus touchés ?

Peu importe la race de votre chien, il peut être contaminé par la bactérie. Toutefois, même si votre chien a été infecté, il se peut que son organisme rejette tout seul les effets de la maladie pour finalement évacuer le virus lui-même. Mais si son système immunitaire n’est pas assez solide, il peut très vite y succomber.

Voilà pourquoi nous vous recommandons de prêter attention à tous ces signaux qui ont été cités plus haut. Et, même si vous voyez une amélioration des premiers signes après quelques jours, vous ne perdrez rien à le faire ausculter par un vétérinaire afin de supprimer tout soupçon. Encore plus, si vous habitez dans une des régions à risques qui ont été citées dans les paragraphes précédents.

N’oubliez pas que les symptômes de l’ehrlichiose s’apparentent à ceux de la piroplasmose. Vous devez donc être vigilants et ne pas vous laisser avoir.

Comment soigne-t-on l’ehrlichiose chez le chien ?

Durant la phase aigüe, le traitement prescrit par le vétérinaire aura plus d’effet, et pourra à la fois lutter contre les symptômes et détruire la bactérie dans le sang du chien.

Si le chien est encore dans les deux premières phases (aigue et sub-clinique), une administration d’antibiotiques prolongée pourra aider à combattre l’infection et pour renforcer son organisme.

Mais, si la maladie est diagnostiquée déjà au stade chronique, il se peut que votre chien soit hospitalisé afin de recevoir de multiples transfusions sanguines qui auront pour but de redonner vie aux cellules atteintes.

À combien peut-on traiter l’animal ?

Le prix des consultations vétérinaires varie en fonction de la région ou vous vous trouvez. Il en est de même pour les antibiotiques qui seront prescrits au chien. Vous trouverez des boites d’antibiotiques à environ 10€ dans certaines régions. À cela vont s’ajouter aussi les consultations et les examens qui permettront de confirmer le diagnostic. Vous devez prévoir entre 100€ et 200€ en moyenne. En cas d’hospitalisations et de soins intensifs, vous devez prévoir entre 500€ et 2000€.

Conseil de prévention de la maladie

Il n’existe pas en ce moment des vaccins contre l’ehrlichiose. Ainsi, nous vous conseillons de bien protéger votre chien afin de lui éviter l’infestation des tiques en :

  • Nettoyant constamment son environnement afin de repousser les tiques et autres parasites,
  • Inspectant son pelage pour vérifier qu’il n’y a aucune présence de tique surtout après les promenades,
  • Mettant constamment à jour son traitement contre les parasites.
--Publicité--