L’épilepsie chez le chien : symptômes, causes et traitement

épilepsie chien

Vivre avec un chien épileptique peut être assez difficile, surtout lorsqu’on n’est pas bien préparé à la maladie. Mais, comment reconnaitre l’épilepsie? Comment se manifestent les crises? Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous les traiter. Cet article vous permet de vous préparer afin de faire face à toutes les crises d’épilepsie que votre chien pourrait avoir au cours de sa vie avec vous.

Qu’est-ce qu’une crise d’épilepsie ou crise convulsive ?

Une crise d’épilepsie est généralement connue sous le nom de crise convulsive. C’est simplement une décharge électrique qui surgit dans le cerveau à cause d’une quelconque souffrance ou d’un dérèglement à ce niveau.

Les spécialistes ont défini 2 types de crises d’épilepsie : les crises partielles et les crises généralisées.

Les crises partielles : on parle de crises partielles lorsque la crise s’empare uniquement d’une partie du corps. Ainsi, ce membre ou cette partie du corps se contracte, le chien ne peut plus contrôler cette partie de son corps, mais il reste conscient durant toute la crise.

Les crises généralisées : comme son nom l’indique, c’est une crise qui va pousser tout le corps à se contracter. Dans ce cas, le chien perd conscience, bave, pédale, urine ou défèque subitement, car il n’a plus aucun contrôle sur son corps.

Que faire en cas de crise ?

Si vous remarquez que votre chien fait une crise, il ne faut pas paniquer. Voici quelques conseils avec lesquels vous pourrez l’aider :

  • N’essayez surtout pas de retenir votre chien en l’empêchant de mordre sa langue. Vous risquez de vous faire mordre à votre tour, car, à ce moment, Toutou ne vous reconnait pas du tout.
  • S’il est possible, placez le chien dans une salle calme dans le noir. Vous pouvez rester à ses côtés sans faire de bruits.
  • Vérifiez qu’il n’y a rien autour de lui qui puisse le blesser. Pour cela, il est préférable de retirer tous les éléments dangereux et de sécuriser les escaliers s’il y en a dans la maison.
  • Calculez aussi le temps de la crise que vous communiquerez au vétérinaire.
  • Lorsque la crise sera terminée, faites tout ce que vous pouvez pour rassurer l’animal (paroles douces, caresses). Votre attitude permettra au chien de récupérer plus vite.

Même si les crises d’épilepsie ne durent que quelques minutes, elles peuvent laisser chez le chien des séquelles parfois graves et irréversibles (dans le cas où le chien se blesse gravement lors des convulsions.)

Toutefois, il est possible que vous arriviez à reconnaitre le début des crises d’épilepsie.

Comment reconnaitre le début d’une crise d’épilepsie

Avant que la crise d’épilepsie ne commence, vous remarquerez que votre chien :

  • Il est agité et à l’air désorienté,
  • Il urine ou vomit à des endroits où il n’a pas l’habitude de le faire et à des fréquences récurrentes,
  • Il se lèche les babines, salive beaucoup,
  • Il a l’air stressé et se met à aboyer ou à pleurer,
  • Il peut aussi s’isoler dans la maison de manières inhabituelles ou fuir dès que vous vous approchez de lui.

Tous ces indices peuvent vous aider à connaitre plus ou moins les périodes dans lesquelles les crises d’épilepsie vont arriver chez le chien. Mais qu’est-ce qui peut bien causer ces dysfonctionnements dans le corps de l’animal ?

Causes des crises d’épilepsie et comment le diagnostiquer ?

Avant de chercher les causes médicales des crises d’épilepsie, il est important de savoir que certaines races de chien ont génétiquement des prédispositions à l’épilepsie. On peut citer parmi ces races le labrador, le teckel, le berger allemand ou encore le boxer.

Toutefois, il est important de distinguer les deux types de crises d’épilepsie qui sont les crises convulsives extra cérébrales et les crises d’épilepsie d’origine cérébrales.

Crises d’épilepsie d’origine cérébrale : ce sont des traumatismes ou des tumeurs qui sont à l’origine de ces crises. Il existe aussi les maladies qui touchent les neurones qui sont responsables de ce type d’épilepsie (la maladie de carré par exemple).

Crises convulsives extra cérébrales : ce genre de crises arrivent suite à une hypocalcémie, une intoxication aux raticides ou une hypoglycémie.

Il n’y a que le vétérinaire qui peut vous aider à détecter la véritable cause d’une crise d’épilepsie.

Ainsi, pour aider le spécialiste à détecter la cause de la crise, vous allez devoir surveiller votre chien et noter tous les comportements qui arrivent quand il est en pleine crise.

Certains propriétaires préfèrent filmer l’animal en crise afin de ne rien rater de la situation.

En effet, les différentes manifestations de la crise d’épilepsie permettront au vétérinaire de situer l’anomalie dans le corps de l’animal et d’identifier la gravité de la situation. D’autres examens lui permettront de déterminer l’état des organes internes tels que le foie, les poumons, ou encore l’état du cerveau.

Même si ce genre de crises sont difficiles à traiter, il existe des remèdes que le vétérinaire peut prescrire à l’animal pour le soulager.

Comment traiter l’épilepsie ?

On a toujours eu l’impression que l’épilepsie était une fatalité pour le chien. Mais pas du tout !

Tout dépend de la catégorie de la crise ainsi que de la gravité des contractions et des anomalies au niveau du cerveau. Il existe aujourd’hui plusieurs traitements qui permettent de traiter et de prévenir les crises d’épilepsie.

Toutefois, il est important de souligner que même si l’épilepsie primaire peut être soignée, il n’en est pas de même pour l’épilepsie secondaire.

Par exemple si les crises sont causées par la présence d’une tumeur, cette tumeur peut être découverte et traitée par le moyen de chimiothérapie ou de radiothérapie. Mais si le chien souffre d’un dommage au niveau du cerveau, le vétérinaire ne peut pas intervenir.

En fonction des cas (urgence ou pas) ou des fréquences des crises, le vétérinaire pourra prescrire des solutions à injecter à l’animal pour arrêter les convulsions, surtout si elles durent plusieurs minutes.

Il existe aussi des médicaments sous forme de comprimés qui permettent de baisser le niveau d’activité du cerveau dans le but de réduire le seuil d’excitabilité.

Ceci dit, ces médicaments sont dangereux pour la santé du chien s’ils ne correspondent pas à l’âge ou à son état de santé. Nous vous recommandons de demander conseil à un vétérinaire et de suivre à la lettre les prescriptions qui vous seront données.