Cette ville dépense des millions d’euros pour prendre soin des animaux errants

ville millions euros prendre soin animaux errants
Nathalie Ritzmann

Les animaux errants sont toujours un problème récurrent dans toutes les villes. Si certaines ne s’en préoccupent pas vraiment, si ce n’est pour les exterminer, d’autres sont un véritable exemple à suivre. C’est particulièrement le cas de la ville d’Istanbul en Turquie. Tous les touristes qui visitent cette ville sont étonnés de voir ce qui s’y passe.

Un peu d’histoire

La bienveillance à l’égard des animaux errants est une coutume de longue date dans ce pays, même si la Turquie a pendant longtemps exterminé les animaux errants. Une première extermination se passa en 1910. Les bébés furent tués et les adultes capturés. En 1927, une extermination par gazage fut envisagée puis en 1996, une importante campagne d’empoisonnement eut lieu.

Une fois de plus l’opinion publique se montra hostile et les campagnes d’extermination furent alors remplacées par un ramassage des animaux errants et leur placement dans des fourrières.

Quand les lois s’en mêlent…

En 2004, une loi est promulguée, concernant les animaux, qui précise que leur bien-être doit être assuré, qu’ils doivent être protégés et ne pas subir de traitements cruels. Ce qui est remarquable dans cette loi c’est qu’elle ne fait pas de différence entre les animaux. Qu’ils soient domestiques et dans des foyers ou qu’ils soient errants dans les rues, ils doivent bénéficier des mêmes droits. Enfin cette loi précise qu’il faut prendre en compte toutes les possibilités pour que les animaux des rues aient une vie aussi convenable que les animaux qui ont un foyer.

Ainsi les associations qui se consacrent à aider les animaux errants doivent être soutenues, ce qui implique la participation des autorités locales, des cliniques vétérinaires, mais aussi de tous ceux qui peuvent prodiguer des soins.

ville millions euros prendre soin animaux errants
Nathalie Ritzmann

… Pour un résultat remarquable

La surproduction de nourriture et les restes sont systématiquement redistribués par des associations pour que les chiens et les chats errants mangent à leur faim. Elles reçoivent suffisamment de dons pour être en mesure de faire soigner les animaux malades dans des hôpitaux pour animaux mis en place par les municipalités. Les « Belediye hayvan hastanesi » permettent de pratiquer des stérilisations pour éviter que le nombre d’animaux errants augmente régulièrement. On constate ainsi aujourd’hui que leur nombre reste à peu près constant.

Au-delà des mairies, des associations et des vétérinaires qui participent à la sauvegarde des animaux errants, il faut surtout citer tous les particuliers anonymes qui apportent leur aide aux chiens et aux chats des rues.

En parcourant les rues d’Istanbul, vous serez surpris de voir comment les habitants (les stambouliotes) participent activement au bien-être de nos amis à quatre pattes. Il n’est pas rare de les voir remplir des gamelles avec des croquettes et d’autres avec de l’eau fraiche. Certains connaissent bien les chiens et les chats qui vivent dans leur quartier. Ils les approchent et se préoccupent de leur santé quitte à les emporter chez un vétérinaire ou un hôpital pour animaux, s’ils en ont besoin. Leur compassion est à présent légendaire grâce à des vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux et sans eux, la vie de ces chiens errants serait un enfer, sans compter qu’ils risqueraient de véhiculer des maladies et de provoquer de dangereuses situations.

Suivez-nous sur Facebook
Des photos, vidéos et informations utiles sur les chiens.