Apprendre le non à son chien : techniques et conseils

Apprendre non chien

Ce n’est pas toujours facile de se faire obéir, mais c’est essentiel si on veut passer des heures agréables avec notre chien. Ainsi, l’une des premières choses à lui apprendre c’est le “Non” ou l’interdit. Voulez savoir comment apprendre le non à votre chien ? Lisez ce qui suit.

Le chien ne réfléchit pas comme l’être humain

Lorsque vous dites à un enfant “non” parce que celui-ci est en train d‘ouvrir votre portefeuille, le cerveau humain peut rapidement faire le lien entre l’action et l’interdit qui a été prononcé. Il est génial le cerveau de l’homme! Mais, il se trouve que notre animal à quatre pattes n’a pas un cerveau aussi bien réglé que le nôtre. Ainsi, lorsque vous êtes dans la cour et que Toutou fait sortir un coussin du salon, lorsque vous criez “non”, il peut tout de suite laisser tomber le coussin, mais reviendra quelques minutes après ou reprendra le même comportement un autre jour. Dans l’esprit du chien, il se demande pourquoi l’interdit est survenu: est-ce à cause du coussin? De sa présence dans la cour avec vous? Peut-être que si c’était la télécommande qu’il avait prise pour jouer… Bref, le cerveau de l’animal ne fera pas de lien tout de suite. Alors il ne suffit pas de crier un interdit, mais vous devez apprendre au chien à faire le lien et à adopter la bonne attitude.

Comment apprendre le non à son chien ?

Proposez-lui autre chose pour faire accepter l’interdit

C’est uniquement en lui montrant autre chose que le chien pourra comparer les deux actions et cherchera à faire l’action positive que vous lui demandez.

Par exemple, vous constatez que Toutou passe son temps à mâcher les coussins ou à creuser des trous dans le jardin. Au lieu de simplement crier “non”, vous devez lui donner un os à mâchouiller ou lui proposer des activités qui lui permettront de se dépenser physiquement.

Vous voyez que Toutou se met à mordre un livre qui traînait par terre. Automatiquement prenez son os en plastique et proposez-le-lui en disant “non, attrape” ou “non, prends ça”. Le fait d’ajouter une alternative renforcera positivement son apprentissage. Vous pouvez faire de cela un exercice quotidien afin que celui-ci s’habitue à vos mots et à cette assimilation. Ainsi, la prochaine fois qu’il vous entendra dire “non” il arrêtera automatiquement pour chercher à faire autre chose.

La cohérence dans les interdits

Vous êtes assis dans votre canapé et vous appelez votre chien afin que ce dernier se couche à vos côtés pendant que vous regardez votre série télévisée préférée. Eh bien, si vous permettez à Toutou de grimper dans le canapé lorsque vous êtes à la maison, ne lui interdisez pas d’y monter un autre jour. Vous devez être ferme et cohérent lorsque vous interdisez quelque chose à votre chien afin que celui-ci ne soit pas confus. Comme nous l’avons dit plus haut, le chien ne saura pas quels sont les moments propices où il peut s’y coucher et les moments où il ne doit pas se coucher. Il choisira alors de n’en faire qu’à sa tête.

Dans l’exemple du canapé, si vous avez déjà interdit à Toutou de se coucher sur le canapé et que vous avez envie qu’il vienne près de vous alors que vous êtes couché, changez de place. Mettez une mousse au sol et couchez-y en appelant votre chien.

De même, les mots utilisés pour lui interdire doivent être les mêmes pour toute la famille. Si vous utilisez “non” et que votre enfant utilise “stop” et que votre conjoint utilise “pas toucher”, ce sera un peu difficile à Toutou de savoir le sens de toutes ces expressions différentes. Il faut un même message pour toute son éducation, du moins dans la famille où il se trouve.

Le non pour tout et pour rien

Lorsque vous apprenez le “non” à votre chien, évitez de l’utiliser pour tout et n’importe quoi. Évitez par exemple de lui dire non pendant qu’il est en train de faire son trou pour se coucher ou pendant qu’il essaye de rattraper la balle que vous avez lancée. Si vous utilisez le non pour tout, le chien ne verra pas l’importance du mot d’interdiction. Cependant, si vous l’utilisez pour des actions précises, il lui sera plus facile de retenir la leçon.

Pour que le chien arrive à considérer le mot “non” comme une interdiction, apprenez-lui les notions de renoncement.

  • Tendez-lui une friandise en disant “oui”, et félicitez votre animal.
  • Répétez le processus pendant quelques minutes.
  • Ensuite, montrez-lui une autre friandise en disant “non” d’un ton ferme et cachez à nouveau la friandise.
  • Répétez le processus et ensuite dites-lui “non” tout en ne rangeant pas la friandise.

Même si l’aliment restera sous ces yeux, le chien comprendra que le mot est assimilé au fait de ne pas prendre. Il restera alors calme.

  • Dès qu’il se sera détourné (en tournant la tête ou les yeux de l’objet convoité), récompensez-le en lui donnant sa friandise.
  • Répétez aussi ce processus pendant plusieurs minutes et au moins une fois par jour. N’oubliez pas de récompenser votre animal après chaque séance de travail.

L’idée ici est de montrer au chien que s’il obéit à votre interdiction, il pourra avoir une plus grande faveur de votre part.

Pour aider votre chien à ne pas se démotiver lorsqu’il est en phase d’apprentissage, n’excédez pas 15 minutes pour chaque apprentissage. Dans le cas contraire, le chien pourrait se lasser et ne plus en ressortir avec la connaissance désirée.

Les autres mots d’interdictions

Au lieu de vous cramponner au seul mot “non”, vous pouvez aussi lui apprendre le “tu laisses” ou le “stop”. Ce sont des expressions que vous pourrez utiliser uniquement avec lui.

En d’autres mots, disons que lorsque nous avons un enfant à élever à la maison, nous utilisons le plus souvent l’expression “non”. Et même dans nos conversations d’adulte, nous sommes à tout moment de la journée emmenée à utiliser ce mot. Ainsi, il se peut que le chien soit dans la confusion s’il passe ses heures à entendre quelqu’un répéter le mot “non” dans ses conversations. Même si la personne qui parle en ce moment ne s’adresse pas à lui, vous ce sera une manière de « décrédibiliser » le mot d’interdiction aux yeux du chien. Ainsi, il est préférable de lui apprendre l’interdit avec des expressions telles que « tu laisses, des expressions qui sont en général réservées au chien.

Pour conclure, disons qu’il est important d’apprendre la notion de l’interdit à notre animal de compagnie. Pour réussir, vous devez lui proposer des alternatives, être cohérent dans vos interdits et ne pas banaliser ou décrédibiliser le mot servant à indiquer un interdit.

--Publicité--